samedi 21 octobre 2017

THE CRAFTMEN CLUB + JIM JONES & THE RIGHTEOUS MIND @ Novomax 19 octobre 2017 Quimper

La soirée qui tabasse !
Jeudi dernier le Novomax a vibré comme jamais sous les riffs de deux groupes Rock de grande classe. Les excellents Craftmen Club suivis des furieux Jim Jones & The Righteous Mind chargés par ordonnance de remplacer The Bellrays, initialement programmés mais contraints d'annuler leur tournée pour raisons médicales. Le docteur ne s'est pas foutu de notre gueule !




THE CRAFTMEN CLUB
Le groupe que tu n'oublies pas. Le 3 août 2002, je voyais les Craftmen au festival Les Irréductibles à Plougrescant (un putain de festival). Le groupe Guingampais sortait tout juste son Ep en format CD-R. Je me souviens très bien de leur set (j'ai oublié celui de Hight Tone qui passait après). Trois albums et 15 ans plus tard, l'esprit Rock est intact, les riffs toujours aussi mordants. Le 4ème Lp "Colores" sort le 10 novembre et les nouveaux titres joués (6 sur les 14 du set) sont très très bons. Mention spéciale à Nos Enfants Rois, Colores (très Noir Dés') et La Route sur lequel Marc Corlett à la Basse est impressionnant. Autres moments forts du concert, le désormais hymne Animals, les violents Gary Blood et Goodbye Mother où Steeve Lannuzel délaisse son micro et sa guitare pour descendre dans le public prendre quelques gorgées de bière. Le final sur Back In Town est explosif et la salle du Novomax est chauffée à blanc. Authentiques et impressionnants de maitrise, les Craftmen Club sont clairement un des meilleurs groupes de rock hexagonal.




JIM JONES & THE RIGHTEOUS MIND
Jim Jones n'a pas perdu de temps. Quelques semaines après en avoir terminé avec son groupe The Jim Jones Revue (split en 2014), il rebranchait sa guitare avec The Righteous Mind, une nouvelle formation montée avec son pote Gavin Jay. Moins Rockab' et plus Garage : un "doux" mélange de Grinderman, Tom Waits, MC5 et de Jerry Lee Lewis. Et ca part fort avec Boil Yer Blood. Le Rocker Anglais est très bien entouré, Gavin Jay et sa Rickenbacker aux genoux se démène quant aux autres zicos (batterie, guitare, lap steel et synthé), ils excellent et forment un ensemble imparable. Ça transpire le Rock de toute part. De No Fool (qui rappelle I Put A Spell On You de Screamin' Jay Hawkins) à Aldecide, de Save My Life à Hold Up, tout est joué pied au plancher et sans retenue. Ça pogotte sévère dans les premiers rangs du public. Ambiance Rock Tribal où j'aperçois un jeune fan poser religieusement son oreille sur une des enceintes "retour" pendant la déferlante de riffs que balance le gourou Jim Jones. Une vraie furie. Le guitariste se roule au sol, le batteur est inondé de sueur, et le clavier est en transe. Le temps passe vite et c'est déjà la fin. On a pris une bonne grosse claque ce soir, merci Monsieur. Avant de partir, Jim Jones demande d'un air diabolique "One more ? A quiet one or a fast one ?". Ai-je besoin de vous dire ce qu'il a choisi ?

Jérôme




Aucun commentaire:

Publier un commentaire