mercredi 5 octobre 2016

DOMINIQUE A @ Le Vauban 3 octobre 2016 Brest

C'est la foule des grands soirs au Vauban pour la venue de Dominique A qui nous fait l'honneur d'un concert solo, quelques mois après la fin de sa tournée Eléor. Salle intimiste, Artiste majeur de la scène française, notre rentrée musicale ne pouvait pas mieux commencer.

LESNEU
La première partie est assurée par Lesneu, spin off des Slow Sliders (jeune groupe talentueux de Lesneven que nous avions chroniqué au Run Ar Puns il y a 1 an). Nous retrouvons donc Victor et Axel, toujours aussi décontractés et souriants, dans un registre plus planant et plus posé pour ce tout premier concert du groupe.
Malgré quelques approximations, on se laisse facilement captiver par les mélodies de Lesneu. Nous avons aimé Pady, Griezou's Grief, Sergio. Franchement, on ne peut que se réjouir de tant de spontanéité et de talent chez ces musiciens hyperactifs et sans complexe.
Et puis entre nous, un groupe aussi jeune qui termine son set sur l'immense Good Night des Beatles, mérite toute notre attention et notre bienveillance.


DOMINIQUE A
Il y a des moments comme ça où le temps est comme suspendu. Où l'on reste ébloui par ce qui se passe sur scène. Plus rien ne bouge. Dominique A, après 1h30 de concert chante a cappella Le Courage Des Oiseaux, déployant ses bras dans un lent mouvement hypnotique. Magique !


Auparavant il aura passé en revue ses nombreux albums pour en extraire le meilleur. Des titres emblématiques (Le Gros Boris, Ostinato, Dans Un Camion, Par Les Lueurs, ...), d'autres moins connus (Gisor, Je Suis Une Ville) et quelques reprises aussi (La Fanette et Je t'ai Toujours Aimée).


Nous nous attendions à un concert calme et feutré, il n'en fut rien. Bien que seul sur scène et proche du public, Dominique A a fait résonner sa guitare. Alternant puissance et douceur. L'émotion est changeante, nerveuse (Pères, En Secret, Nanortalik), sublime (Au Revoir Mon Amour, Eléor),  omniprésente.  Comme pour ne blesser personne, il précise entre deux morceaux "Je suis sincèrement heureux d'être avec vous, je ne parle pas beaucoup mais le cœur y est. Ne prenez pas mes silences pour du dédain".



Après ce moment de grâce, évoqué un peu plus haut, il faudra deux rappels pour que le public se résigne à laisser partir le poète. Le temps d'un savoureux En Surface écrit pour l'ami Etienne Daho ou encore de Oklahoma 1932 qui clos l’album Eléor.


Suivra un moment assez drôle où il était question de reprendre Bourvil pour tenir une promesse oubliée. Ce sera partie remise, pas question d'être approximatif avec Le Petit Bal Perdu. Le rendez-vous est donc pris pour le prochain passage au Vauban.
Dernier cadeau pour une admiratrice rencontrée dans la journée, Dominique A interprète avec une intensité rare Le Convoi avant de recevoir une ovation tellement méritée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire