samedi 18 mai 2019

THE SLOW SLIDERS + VAUDOU GAME @ La Carène, 17 mai 2019 Brest

Nous n'avions malheureusement pas toute la soirée devant nous mais nous n'avons pas pu résister à l'appel du pied que nous faisait La Carène avec cette belle affiche des Nuits Zébrées de Radio Nova. C'était aussi l'occasion de revoir The Slow Sliders (déjà chroniqués ICI et puis ) et de découvrir Vaudou Game, deux des quatre groupes qui composaient l'édition brestoise.


On avait déjà affiché, aux détours des concerts de Lesneu et de Slow Sliders notre coup de cœur pour Victor Gobbé et ses camarades, alors on ne va pas vous refaire une chronique qui pourrait ressembler en tout point aux précédentes. Juste dire qu'on a senti le groupe très appliqué, qu'on a beaucoup aimé cette version de Pady, moins criée, que les accords de guitares plus appuyés et plus tendus sur Impalos et Pégase apportent un caractère nouveau et bienvenu à ces deux excellents titres. Pour finir, nous restons toujours autant scotchés par I'm Dead Anyway. Cette chanson qui nous remue les tripes à chaque fois. Bravo les gars, avec celle-là vous tenez votre Where Did You Sleep Last Night, votre Troy, votre Jolene.



Changement de décor avec le set de Vaudou Game. Emmené par le charismatique Peter Solo, le groupe, qui puise ses racines au Togo, joue une musique qui penche plus du côté de James Brown que de Keziah Jones. De l'Afro Funk qui ne tarde pas à faire son effet dans le public. Les premiers rangs dansent sans retenue et la contagion se fait. Rapidement, c'est toute la Carène qui bouge et se tortille au rythme des percussions et des sonorités africaines qu'envoient les six musiciens sur Anniversaire, La Vie C'est Bon ou encore Tata Fatiguée, titre phare du dernier album Otodi. 



On a aimé la musique mais aussi les paroles de Peter Solo, pour qui le Vaudou est tout sauf la représentation souvent négative que les gens s'en font. Il n'est pas un rituel satanique ou une poupée transpercée d'aiguilles. Non. Il se définit plutôt dans le respect envers les animaux, l'osmose avec la nature et le rapport spirituel avec la Terre. Une communion plus qu'une emprise. Voici finalement une parfaite définition de la soirée que nous laissons se poursuivre avec Sofiane Saidi & Mazalda puis avec l'artiste sud-africaine Dope Saint Jude.

Toutes les photos ICI.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire