lundi 14 novembre 2016

Shake Shake Go + Naive New Beaters + La Caravane Passe @ Teufestival - Arthémuse 12 novembre 2016 - Briec

C'est la 13ème édition de la Teufestival qui se décline en deux soirées. La Face A, c'était jeudi soir au Run Ar puns de Châteaulin avec Holy Two et Las Aves. La Face B, 2 jours plus tard à L'Arthémuse de Briec pour un programme tout aussi alléchant : Shake Shake Go - Naive New Beaters - La Caravane Passe et la DJ Rennaise Edith Presley pour animer les temps de changements de scène. Direction donc le Pays Glazik où près de 800 personnes ont fait le déplacement pour ce deuxième soir de festival. 


SHAKE SHAKE GO
Le groupe franco-gallois a le vent en poupe depuis 2 ans et l'album All In Time sorti en 2016 a su conforter un peu plus la belle impression laissée par les premiers Ep. Leur musique est un doux mélange de Pop et de Folk aux parfums Celtes. Une vrai B.O. pour promouvoir les charmes des Landes Britanniques. La tournoyante Poppy Jones au chant et percussions a une très belle voix, à mi chemin entre Sharleen Spiteri de Texas et de Dolorès O'Riordan des Cranberries. Le public fait écho à l'enthousiasme du groupe et chante avec lui tel un chœur unique sur l'aérien England Skies (qui rappelle beaucoup le fameux Ho Hey des Lumineers). Ouverture du festival réussie avec cette belle prestation.


NAIVE NEW BEATERS
Journée complète et chargée pour les NNBS puisque YO ! PEKIN leur "film de vacances d'action" était diffusé en début d'après midi au cinéma Agora à Châteaulin en présence de  David Boring, chanteur du groupe. Je ne saurai que trop vous recommander le visionnage de ce docufiction drôle et déjanté sur leur périple chinois. L'échange en fin de séance avec le chanteur/réalisateur fût extrêmement sympathique et convivial.
Retour au live du soir, David Boring, Eurobelix et Martin Luther BB King, les trois brigands de l'Electro/Rock/Rap sont renforcés sur scène par la présence de deux musiciennes rythmiques. Comme à leur habitude, les NNB se donnent sans compter : ça bouge, ça saute et ça danse dans les rangs. Leur dernier album À La Folie sorti cette année est bien défendu et les titres comme Montecristo, Where Have You Been, Tornado, Egoblaster ou encore Run Away, taillés pour la scène jusque dans la chorégraphie, mettent le feu dans le public. Les Naive New Beaters quittent la scène après avoir réglé le thermostat de la salle à fond et distribué une grosse vague de bonheur. Mine de rien, ça fait presque 10 ans que ça dure et on ne les remerciera jamais pour tout ça. Big Up les mecs, on est potos pour la life (comme dit si bien David Boring).



LA CARAVANE PASSE
La boîte de nuit se transforme en roulotte. À l'intérieur, une fanfare déchaînée joue un Rock Manouche, un Rap Tzigane, du GrandmasterFlash bourré à la vodka. La Caravane Passe vient nous conter en musique ses carnets de voyage, des histoires de tolérance, de migrants, d'étrangers. Le Chien, Baba, Zinzin Moretto, T'as La Touche Manouche, le Pays Glazik devient péninsule Balkanique ou Ibérique lorsque Olivier Llugany interprète magistralement Joselito. La température monte encore d'un cran pendant le Strip Tease Burlesque, les musiciens font tomber le haut...et le bas. Le public ne se fait pas prier, les tee shirts volent et un soutien gorge vient même atterrir aux pieds de Toma Feterman au chant et en caleçon. Après plus d'une heure de show La Caravane Passe est descendu de scène et achève son Carnis Carmina (Chants du chien) au milieu du public. Une proximité comme une évidence, si fidèle à l'esprit du groupe.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire