jeudi 30 novembre 2017

THE STRANGLERS @ La Carène 28 novembre 2017 Brest

Woke up on a good day and the world was wonderful...

Les Stranglers ont régalé mardi soir à La Carène. Passant en revue, à l'occasion de leur Classic Collection Tour, leurs chansons les plus emblématiques. Une tournée Best Of jouée à guichet fermé, pour les Men In Black de Guilford qui affichent plus de 40 ans de carrière au compteur. Impressionnant ! 


Les Étrangleurs version 2017 c'est : deux piliers fondateurs, Dave Greenfield aux claviers et Jean-Jacques Burnel à la basse, Baz Warne à la guitare et au chant et Jim Macauley à la batterie. Après une intro Waltzinblack, le groupe dégaine un furieux Toiler On The Sea. Le décor est planté, ce début de set résume si bien ce groupe inclassable. Une valse suivie d'un titre punk. Avant d'enchainer avec Grip, le charismatique leader franco-anglais Jean-Jacques Burnel prend le temps de glisser quelques mots à la salle comble : "Je vous vois avec vos pulls, vous avez froid ? ". L'homme est taquin, on le sent provocateur mais toujours avec le sourire. Son jeu de basse est génial, brutal et rapide comme sur Nice 'N' Sleazy, sur Bear Cage ou encore sur le magnifique Walk On By. Morceau sur lequel Dave Greenfield fait un festival au synthé et la joue façon Ray Manzarek des Doors. Superbe.


L'album Feline est ensuite à l'honneur avec un enchainement magnifique Midnight Summer Dream/European Female.  Baz Warne et JJ Burnel se relaient au chant et la magie (noire) de ces titres opère encore 35 ans après leur sortie. Pour prolonger l'envoûtement, les Stranglers emploient les grands moyens : Always The Sun qui, malgré quelques petits cafouillages rythmiques ce soir, fait toujours son effet puis le délicieux Golden Brown pendant lequel Jean-Jacques Burnel vient jouer dans le crash barrière au contact de son public.



A parcourir en une soirée Live l'œuvre du groupe, on mesure aisément toutes les inspirations générées derrière lui : Peaches15 StepsNorfolk Coast ou Relentless comme autant de sillons tracés pour The Specials, Blur, Deus, Editors ou Kasabian pour ne citer qu'eux. Retour au son punk en fin de set sur 5 Minutes et Tank. Les Stranglers quittent la scène sous les ovations d'un public composé majoritairement de quinquas admiratifs bien qu'étrangement calmes. Avant le rappel, Jean-Jacques Burnel ne peut s'empêcher d'interpeller la salle : "Vous êtes très polis. Trop polis." dit-il sourire en coin et regard brillant "Mais j'ai une explication. Vous êtes Celtes et les Celtes prennent les artistes pour des Dieux qu'on n'ose pas déranger...ou alors c'est que vous n'avez pas assez picolé pour bouger votre cul !". Ça pique mais ça passe. Message reçu (tardivement), le public se lâche enfin sur le plus vieux titre des Stranglers : Go Buddy Go et sur le hargneux No More Heroes qui clôture un concert d'une très grande classe.

...Midnight summer dream has me in its spell.

                                                                                                                                                           Jérôme


Aucun commentaire:

Publier un commentaire