dimanche 4 février 2018

LYSISTRATA @ Novomax 3 février 2018 Quimper

On a bien du mal à s'en remettre. En 1 heure de temps, Lysistrata a déglingué le Novomax et a envoyé du gros son à s'en faire exploser les tympans. Oui, car aussi inoffensifs et sympathiques qu'ils puissent paraitre en coulisses, une fois sur scène, les Lysistrata se situent plutôt en haut de la chaine alimentaire du Live. 
Lauréat 2017 du Prix Ricard S.A Live Music, le groupe originaire de Charente-Maritime chante en anglais et joue un mélange de Math Rock et de Rock Hardcore. Plus de 100 concerts donnés l'année dernière, un premier Lp fraichement pressé et une réputation grandissante, font de ce jeune groupe LA révélation du moment.


Ce qui surprend chez ces 3 garçons (hormis leur jeune âge), c'est surtout la maitrise rythmique dont ils font preuve. Les chansons de Lysistrata sont des salves puissantes qui basculent ensuite vers une phase plutôt calme bien que toujours tendue. On a parfois l'impression d'avoir deux chansons en une à l'image de Answer Machine ou de Reconciliation dont la seconde moitié est assez hypnotisante et anxiogène. Bizarrement, cette partie m'a beaucoup rappelé ce long passage de 10 minutes dans le film Alien, le huitième passager, où Ripley (Sigourney Weaver) évacue le remorqueur spatial Nostromo dans un vacarme de sirènes répétitives et angoissantes, le tout sous des flashs de lumières néons. Anxiogène je vous dis !


Mention spéciale au très bon Asylum. Vite fait bien fait. Simple et efficace. Ben au chant et à la batterie mène le tempo sans relâche sur un phrasé rapide. Max à la basse fait face à Théo à la guitare. Ces deux là font aussi les chœurs (et les cris). Par prudence, ils poseront leur lunettes avant le déluge de décibels qui déferle sur Sugar & Anxiety. Théo quitte sa guitare un instant pour aller taper sur un fût, histoire d'ajouter quelques coups de canon supplémentaires à cette artillerie lourde. Gros coup de cœur du set. 


On quitte le Novomax impressionnés par ce jeune groupe et totalement convaincus. Lysistrata est à découvrir sur scène et à ne rater sous aucun prétexte. Et pour ceux qui avaient un mot d'excuse pour hier soir, il restera deux opportunités bretonnes pour aller prendre sa claque. Le 25 avril à La Carène de Brest ou le 20 juillet aux festival des Vieilles Charrues. A bon entendeur 😉.

Toutes les photos ICI                                                                                                                    Jérôme

PS: The Mirrors ouvrait la soirée, en remplacement de dernière minute de Equipe de Foot (Forfait pour cause de chanteur malade). Un empêchement de dernière minute nous a retardé, nous sommes arrivés malheureusement à la toute fin de leur set. Ce n'est que partie remise pour chroniquer ce groupe qui semblait avoir fait une très bonne impression à en croire les commentaires qui fusaient pendant le changement de scène.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire