samedi 2 novembre 2019

THE DIVINE COMEDY @ La Carène, 30 octobre 2019 - Brest

Qui veut faire des heures sup' au bureau ce soir ? Environ 1 200 personnes !
Il faut dire que la réunion est animée par Neil Hannon, charismatique leader de The Divine Comedy qui vient présenter son dernier opus (le 12ème!) intitulé Office Politics. Un concept album qui pose un regard amer sur la société du travail et "les joies" de l'open space. Les temps modernes version Neil Hannon, c'était mercredi soir à La Carène.


Le groupe entre en scène après une première partie sympathique Man & The Echo. 
Neil Hannon ose le costume orange sans se ridiculiser pour autant. Il y a des gens comme ça... Entouré de cinq collaborateurs, le Britannique est au centre d'un bureau vintage reconstitué et surplombé par une horloge géante dont les heures vont défiler au rythme du set. Impossible d'échapper à ce terrible cadran, le public est lui aussi à la place de l'employé confronté à ses horaires. Il est 08h00, réveil tonique avec Europop, Infernal Machines et Generation Sex. Malgré quelques mots en français, Neil Hannon préfère converser en anglais entre les morceaux. «Sinon, vous n'allez rien comprendre», explique-t-il tout sourire. L’enchaînement qui suit abrite son lot de petites merveilles, notamment Commuter Love, Norman And Norma, le Beatlesien Absolutely Obsolete et To The Rescue. Il est déjà 14h00


 

Nous sommes pile au milieu du set, c'est l'heure de la publicité promotionnelle. «Vous aimez les synthétiseurs ?» Question anodine que Neil Hannon pose au public qui ne se méfie de rien.  Il se lance alors dans un phrasé rapide et monocorde, noyé dans une marée de notes synthétiques fusant de toute part. The Synthetiseur Service Centre Super Summer Sale. Et lorsque, sur les dernières notes de cet interlude, un spectateur lance un suppliant «Stop it !», cela provoque l'hilarité sur scène comme dans la salle. La suite est bien plus agréable avec I'm a Stranger Here, interprété à la guitare acoustique et accompagné de chœurs façon chorale. Splendide.

Il se passe toujours quelque chose avec The Divine Comedy. Il est 21h00, et après une bonne quinte de toux émanant des musiciens, l'heure est à la détente et à la fête. Office Party ! Chapeaux pointus sur la tête, ballons de baudruche aux quatre coins de la scène, le bureau se transforme en dancefloor avec At The Indie Disco, Becoming More Like Alfie et le génial National Express dont le swing est repris par toute la salle : Ba ba bada ba ba bada...
Le final est plus doux, il est désormais 02h00 du matin : After The Lord Mayor's Show, A Lady Of A Certain Age, le magnifique Absent Friends avant de finir avec When The Working Day Is Done, naturellement.

 

Rappel exigé, le groupe se rassemble au devant de la scène pour un ultime tour de chant : Songs Of Love et Tonight We Fly, merveilleux titre qui résume, à lui seul, le ressenti de la soirée. Après une longue ovation, Neil Hannon, visiblement ravi, quitte le bureau...cravate sur la tête. Nice job !

                                                                                                                                                    Jérôme

Aucun commentaire:

Publier un commentaire