mardi 5 juillet 2016

FESTIVAL BEAUREGARD 2016

La 8ème édition du Festival Normand Beauregard s'achève sur un excellent bilan : 88 000 spectateurs sur 4 jours malgré une météo moyenne. Mais si Beauregard attire autant, c'est surtout grâce à une programmation toujours très belle et une organisation impeccable. Paul Langeois, le directeur du festival insiste sur ce point. Sa priorité est que tout le monde prenne du plaisir. De l'artiste au bénévole, du festivalier au technicien. Retour sur Beauregard 2016 !


JEUDI:
Plus de 26 000 personnes sont venues pour ce "before". Une soirée qui affiche complet pour le très attendu retour sur scène des Insus. Ce sont les locaux de Gandi Lake qui ouvrent cette édition 2016. Très influencé Oasis, ce nouveau talent de la scène Caennaise maîtrise déjà de belle manière la mélodie Pop/Rock à l'image de Compromised, leur dernier single. Last Train prend le relais, et malgré une belle énergie et un son Rock efficace, l'ambiance a du mal à prendre. La scène un peu grande, la configuration 1ère partie, bref le jeune groupe ne s'est pas vraiment vu récompensé sur ce coup-là.


A 21h30, plus de 30 ans après la séparation de Téléphone, Aubert, Bertignac et Kolinka qu'on appelle désormais Les Insus, arrivent sur scène sous une ovation à la mesure de l'attente. Le son est toujours là, la voix aussi et on ne boudera pas notre plaisir d'entendre (enfin) en live Crache Ton Venin, Au Coeur De La Nuit, Un Autre Monde, La Bombe Humaine, Flipper, Métro, New York Avec Toi et tant d'autres. Beauregard danse et chante à l'unisson, le groupe semble prendre son pied. La partie acoustique du milieu de set me paraît dispensable et casse un peu le rythme. Dommage, mais bon, mission accomplie et retour gagnant pour ces gaillards. Le festival est bel et bien lancé !


VENDREDI:
Nous arrivons sous la pluie pour découvrir Nuit. Vainqueurs du tremplin Beauregard, les Havrais ne laissent pas indifférents avec un style musical plutôt froid et puissant dans la lignée de Archive. Belle découverte ! Si on peu facilement se perdre dans la discographie de The Brian Jonestown Massacre (1 album par an depuis 15 ans), il était hors de question de passer à côté de leur live à Beauregard. Mené par le génial Anton Newcombe, le groupe Américain, longtemps réputé pour saborder leurs concerts en se bastonnant entre eux ou avec leur public, est désormais plus sage. Musicalement c'est parfait, un Folk/Rock moins shoegaze qu'auparavant qui monte en puissance au fil des minutes. Ils sont quand même 7 sur scène : 1 basse et 3 guitares (dont une 12 cordes électrique). L'air désabusé au centre de la scène, le fidèle Joel Gion fait ce qu'il fait le mieux depuis 15 ans ...le tambourin. Au final un set splendide de BJM avec notamment le magnifique Anemone



Feu ! Chatterton prend ensuite place sur la scène Beauregard. Le combo parisien désormais bien rodé après de longs mois de tournée soulève l'enthousiasme de l'auditoire bien qu'un peu timide. Il faudra un problème technique (coupure d'ampli) pendant La Mort dans La Pinède, pour que le rapprochement se fasse enfin. Arthur le chanteur du groupe le sent et fait preuve d'une spontanéité bienvenue, basculant les amplis retours. La prestation est plus que réussie, avec en prime une reprise sympa de J'aime regarder les Filles de Coutin et un magnifique Ici Le Jour.




Dans cette journée (à mon sens la plus belle niveau prog de tout le weekend), nous choisissons judicieusement le set de Nekfeu pour nous restaurer avant d'entrer dans le dur. Et oui ! Parce que comme Beauregard sait si bien le faire, il y a un bel enchainement à venir. Beck tout d'abord. J'étais hyper impatient de voir pour la première fois le songwriter Californien. Je n'ai pas été déçu du tout. Un live énergique, Sexx Laws, Mixed Bizness, E-Pro, sans oublier l'incontournable Loser. Très bien entouré, Beck a régalé avec une très bonne setlist et un show impeccable. Un vrai bonheur. 


Nous avons juste le temps de nous placer devant la scène John où beaucoup de monde est déjà agglutiné. Un évènement se prépare : le retour de Ghinzu. Le groupe Belge se fait rare. Le successeur de leur dernier Lp Mirror Mirror que l'on attend depuis 7 ans (et annoncé pour la rentrée) est finalement repoussé à l'année prochaine. Nous allons donc prendre notre mal en patience et savourer le moment. Quel concert ! Quelle prestation ! Le Show Ghinzu fut tout simplement énorme. Cold Love, The Dragster Wave, Mirror Mirror, Do You Read Me et deux nouveaux titres fabuleux Face et Barbe Bleue. Devant la scène, c'est un pogo géant qui se forme devant la puissance de feu de John Stargasm et sa bande. Celui-ci viendra même au contact de la foule (assez rare chez Ghinzu) pour partager cette énergie. Dernier son, dernière note, Greg Remy se tient au bord de la scène, guitare dirigée vers le ciel comme une offrande aux Dieux du Rock que Ghinzu aura honoré ce soir. Grandiose.


A peine remis, nous entendons l'appel Hey Boy Hey Girl des Chemical Brothers qui commencent sur l'autre scène. Le duo Anglais est à peine visible derrière les consoles et surtout, il y a le lightshow qui captive et monopolise le regard (presque trop). Cela dit, le set est punchy et puissant. Après la claque Ghinzu, le niveau de décibels reçu en pleine poire ne faiblit pas. Il faudra un set froid et sans âme de The Shoes pour nous faire redescendre brutalement de notre nuage. Un visuel dérangeant, franchement laid et une prestation que nous avons trouvé fade mais qui ne gâcheront pas le sentiment d'une excellente journée de festival.


SAMEDI
La journée commence bien. Le soleil est de retour sur le château de Beauregard et le site affiche une belle fréquentation dès le début de journée.


C'est Get Well Soon qui attire toute notre attention scène John. le groupe Allemand emmené par Konstantin Gropper vient de sortir un magnifique album qu'il nous tardait de découvrir sur scène. Le style de GWS est à l'image du groupe : élégant. Leur musique est délicate, un brin 80' et rappelle les mélodies des Smiths ou de China Crisis. Excellente prestation.


The Horrors sans être mauvais n'ont pas été convaincants. Je m'attendais à plus de charisme de la part d'un groupe que je connais peu il est vrai, mais qui semblait être plus attractif sur le papier. Après deux groupes plutôt calmes, ce sont les Naive New Beaters qui vont se charger de mettre l'ambiance. Le trio déjanté en formation Live arrive au bon moment, le public veut danser et la mayonnaise prend tout de suite. C'est pas plus compliqué que ça !


Sentiment de gratitude envers les organisateurs pour avoir programmé Brigitte à 19h20. Donc pipi, balade, boire, manger, rencontre avec les copains...


Prestation réussie et très dansante également pour La Femme. Le groupe français sort un nouvel album à la rentrée et son style Electro/Pop parlé allié à une dégaine atypique a trouvé écho sur la prairie.


Une légende du Rock foule la scène Beauregard : Robert Plant entouré de son groupe The Sensational Space Shifters. Difficile de ne pas penser (en permanence) à Led Zep' mais le Monsieur le sait et ne va pas nous faire le coup du "j'ai trop joué ces vieux trucs". The Lemon song, Black Dog, Dazed and Confused, Rock 'n Roll et surtout... surtout le fameux riff de Whole Lotta Love. Frissons. On a aimé ces versions réarrangées, la qualité du groupe, l'attitude bienveillante de Robert Plant envers le public, lui qui n'a plus rien à prouver à personne. Il quitte la scène sous une grande ovation, saluant le public d'un joyeux "Allez Les Bleus !".



Honnêtement, on a pas supporté Lilly Wood & The Prick. Musicalement : non non et non. Et cette manie de leur chanteuse Nili Hadida de tutoyer le public toutes les 30 secondes (tu danses, oui montre moi, tu es beau). C'est trop pénible. Que dire de The Avener... Là encore, pas beaucoup de charisme tout ça... J'ai tendu l'oreille sur quelques titres mais globalement je n'ai pas adhéré.
Il restait à verifier où en était The Kills. Après une prestation très limite ici même il y a 4 ans, on ne savait pas trop quoi attendre d'eux cette année. En formation restreinte, The Kills, sur la lancée de la sortie de Ash & Ice leur dernier Lp,  sont apparus souriants et détendus, un peu moins distants. Comme toujours, chaque pose d'Alison Mosshart semble faite pour un shooting de mode.  Les nouveaux titres Heart Of A Dog, Doing It To Death, Siberian Nights sont diablement efficaces. The Kills en mode plus brut, plus proche, ça le fait carrément !




DIMANCHE
C'est la grosse foule pour ce dernier jour. Public très familial qui confirme, s'il le fallait encore, le caractère confortable de ce festival. Sans aucun débordement, sans gros lourd qui te vomit dessus, sans cadavre au pieds des arbres (aucune évacuation sanitaire à signaler, aucun bobo), sans bourrin qui te bouscule. Des bénévoles souriants qui distribuent des boites de crayons de couleurs aux enfants, des stands de maquillage, des copeaux pour éponger la boue... ça aussi ça compte, ça aussi ça fait du bien !


C'est Grand Blanc que nous découvrons pour commencer ce dimanche. Groupe Lorrain de la nouvelle scène française New Wave, Grand Blanc est très intéressant dans son style profond et sombre. La voix du chanteur guitariste est intense et les morceaux joués sont prenants. Même la pluie qui tombait méchamment en ce début de journée n'a pas suffi à décourager le public en nombre devant ce jeune groupe. A suivre !  


Jeanne Added fait stopper la pluie. L'artiste plébiscitée par l'ensemble de la presse musicale est attendue. Un certain stress se ressent sur la scène qui parait un peu grande pour le coup. C'est sur Be Sensational qu'elle débute son show. L'alternance du chaud et du froid dans la set list nous déstabilise un peu. Sa prestation nous laisse un sentiment étrange. C'est nickel oui, mais hormis sur quelques titres comme Look At Them ou Miss It All, il manque un petit quelque chose.


Autre artiste au succès commercial cette année, Jain. La jeune chanteuse seule en scène a fait le bonheur des grands et des petits. Sans cesse a faire des aller-retours entre ses moniteurs/enregistreurs et le devant de la scène, la petite fait le spectacle. Trop à mon goût car au bout d'un moment la chanteuse se transforme en animatrice, jusqu'à looper le public et slammer dans une balle géante. Bon voilà, ambiance familiale quoi.


Comme tous les jours créneau wc/buvette/repas : aujourd'hui, Lou Doillon.


Un des moments attendus de la journée ensuite. L'arrivée en scène des précieux et rares Beirut. C'était beau à l'image du magnifique Elephant Gun. Hors des sentiers du Rock, un joli voyage à la Calexico, emmené par un Zach Condon souriant et semblant avoir bel et bien vaincu ses démons.



La mort dans l'âme, nous quittons Beirut un peu avant la fin pour se placer pour la reine PJ Harvey. Cinq ans après l'avoir vue aux Vieilles Charrues, l'impatience était grande ! Une formation de dingue avec elle, seule femme au centre de 9 musiciens. La part belle au dernier album The Hope Six Demolition Project avec Chain Of Keys, The Ministry Of Defense d'entrée de jeu. PJH est hyper appliquée, le live est rendu millimétré. La voix est incroyable. La première partie du set peu paraître un peu froid mais le meilleur est à venir en deuxième moitié (fallait pas partir !!!). The Glorious Land, The Wheel et surtout  un final superbe Down By The Water, Bring You My Love et River Anacostia mémorables. Quelle classe !


La foule est partie se positionner pour Louise Attaque. Le groupe de Gaétan Roussel écume tous les festivals d'été et après la prestation du jour, les futurs festivaliers peuvent être rassurés. Grande prestation et très grosse impression laissée. Ton Invitation, Anomalie, Léa, Nuits Parisiennes, J'T'emmène Au Vent, autant de titres repris en cœur dans une ambiance de feu.


Le groupe chargé de clôturer le festival se nomme Jurassic 5. Formation de Hip Hop old school dans le style de De La Soul ou Public Enemy. Les Californiens vont mettre le feu et retourner une dernière fois les festivaliers qui ont eu la bonne idée de rester jusqu'à la fin. Un super flow, une présence scénique sans relâche avec les membres du groupes qui alternent au chant. Sans oublier l'impressionnante platine scratch qu'on ne pensait pas fonctionnelle vu comme ça !


Beauregard, c'est terminé. Saluons une fois de plus la très bonne organisation de ce festival qui inaugurait cette année son système Cashless de paiement électronique (la John E Cash) à l'instar de nombreux autres festivals. A noter également, les initiatives d'accès du festival aux personnes "empêchées": hospitalisés, incarcérés ou en difficulté sociale. Pour finir, nous nous sommes prêtés avec plus ou moins de facilité au jeu du top 5, dont voici le bilan :

Milouze En Live Top 5 :
  1. Ghinzu
  2. PJ Harvey
  3. Jurassic 5
  4. The Brian Jonestown Massacre
  5. Beck
Coup de cœur : Get Well Soon, La Femme, Naive New Beaters.







Aucun commentaire:

Publier un commentaire