vendredi 23 novembre 2018

BILL DERAIME @ Le Mac Orlan 22 novembre Brest

A l'occasion de ses 50 ans de carrière, Bill Deraime nous a offert en début d'année un 18ème album magistral. Composé de quelques chansons inédites et de titres emblématiques de son répertoire, qu'il a, pour l'occasion, revisités et réarrangés. S'offrant au passage des duos étincelants (avec Bernard Lavilliers pour L'Enfer) et parfois inattendus (avec Kad Merad pour Sur Le Bord De La Route). A plus de 70 balais, le grand Bill reprend la route pour partager avec nous, encore une fois, sa poésie et son blues.


Un mot tout d'abord sur la première partie assurée par Jacques Pellen. Ce guitariste brestois écume les scènes et les studios d'enregistrement depuis plus de 40 ans auprès des plus grandes figures de la musique bretonne. De Dan Ar Braz à Erik Marchand, des frères Molard à Annie Ebrel, pour ne citer qu'eux (car la liste est longue). Pour la sortie de son premier album solo intitulé A Hed An Aber, c'est seul cette fois qu'il se présente face au public. Et il n'en mène pas large. Il s'excuserait presque de faire patienter le public de Bill Deraime : "Rassurez-vous, ça ne va pas durer longtemps, je vais jouer vite pour ne pas vous faire trop attendre...". Pourtant il n'y a vraiment pas de quoi s'esquiver, bien au contraire. En l'espace d'une demi-heure, Jacques Pellen va démontrer, s'il le fallait encore, toute l'étendue de son talent. Notes cristallines sur le magnifique Her Mantle So Green, accords rugueux sur Babiole ou solo "à la John McLaughlin" sur Don't Buy Ivory Anymore... De formation guitare classique puis jazz tendance celtique, Jacques Pellen se définit comme un bluesman dégénéré. Avant de laisser la place "au Patron", il explique être venu jouer son tout premier concert ici même au Mac Orlan, en 1972, à l'occasion de l'arbre de Noël des sapeurs pompiers. Puis un peu plus tard en 1979 à Saint Malo, il se rappelle être sur scène avec Mélaine Favennec pour assurer, à l'époque, la première partie de Bill Deraime. Son retour ce soir, ici, est tout sauf un hasard...c'est un rendez-vous !


Bill Deraime entre en scène d'abord seul, avec son batteur Philippe Draï, pour le premier titre du set qui sera Teddy Bicool (pour deux fois plus cool, explique-t-il). Ils sont rejoints pour S'Coue Toi...par le reste de la troupe : Florian Robin aux claviers, Pierre Elgrishi à la basse et l'élégant Paco alias Pascal Baco Mikaelian à l'harmonica. 
À bientôt 72 ans, Bill Deraime est toujours aussi friand de tirades incroyables pour introduire chacune de ses chansons. Pour Avant La Paix, il s'agit bien de la paix véritable, dont on parle. De la paix qui unit, celle qui appelle à la fraternité envers les plus faibles et à la communion entre les cœurs. Cette solidarité a toujours été l'une des préoccupations majeures de l'artiste qui s'investit beaucoup pour soutenir la cause des exclus et des plus démunis. Il dédiera un peu plus tard la chanson Encore Bouger au collectif Les Morts De La Rue.


On savoure sans retenue les retrouvailles avec les vieux titres emblématiques Le Chanteur Maudit, Faut Que J'Me Tire Ailleurs et Dimanche Après-Midi (version réarrangée de Sur Ma Chaîne Bon Marché) où "Paco" fait un solo superbe à l'harmonica. Et si Bill Deraime se perd un peu dans ses pédales "booster", sa voix, elle, est toujours aussi impressionnante. À mi chemin entre Joe Cocker et Ray Charles, à qui il voue une grande admiration. C'est justement pour préserver cette voix, qui fatigue un peu au fil des chansons, que notre brailleur préféré s'octroie une pause de 10 minutes à mi parcours.



De retour face au public avec Nouvel Horizon, très beau titre ouvrant le dernier Lp. Une chanson qui résume bien l'univers spirituel de Bill Deraime. Du blues certes, mais toujours teinté d'espoir. Garder la foi quoiqu'il arrive et croire en une prise de conscience salvatrice. S'en suit Sur Le Bord De La Route, la magnifique adaptation de Sittin' On The Dock Of The Bay d'Otis Redding et Moi Sans Toi, que Bill dédie à son épouse Flo  : "Mon âme sœur, ma dulcinée, ma squaw". Quelques morceaux encore : rythme reggae sur Je Rêve, Mon Obsession ou boogie sur Entre Deux Eaux


Le concert est terminé mais très vite, malgré la fatigue, Bill revient s'installer sur son tabouret. Le public réclame Babylone Tu Déconnes et bien sûr il l'aura :"Ok, de toute façon c'est le rituel!". Tube emblématique de Bill Deraime qui sonne encore si bien et que le public chante en chœur. Cet air là vous reste en tête un long moment. 
"Les occasions sont tellement rares, de rencontrer un mec comme ça...."

                                                                                                                                                       Jérôme

Aucun commentaire:

Publier un commentaire